Le mal des transports
En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin d'assurer le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus
Ordinateur

Comparez et trouvez la mutuelle adaptée à vos besoins et à votre budget

Zoom sur le mal des transports



Qui dit été dit vacances et qui dit vacances dit prise de transports terrestres, aériens ou maritimes. Le mal des transports, appelé aussi cinétose, touche en moyenne 3 millions de personnes. Alors comment l’éviter ? Zoom sur la question…


L’été est le moment ou la cinétose (le mal des transports) se manifeste le plus car on est amené à prendre le train, le bateau, la voiture ou même l’avion.

En moyenne, il y a 33 % d’individus qui ressentent les symptômes du mal des transports lors de légères circonstances : par exemple dans avion lors de faibles turbulences ou dans un bateau qui vogue sur une mer d’huile


La cinétose en bref

Le mal des transports, aussi appelé cinétose, est le résultat d’un conflit entre la perception visuelle, les récepteurs situés dans les muscles et la perception de l’oreille interne.

Les informations que l’on ne voit pas sont captées par les récepteurs musculaires et enregistrées par l’oreille interne.

Cependant, comme vous ne voyez pas ces données, un déséquilibre va alors apparaître : l’oreille interne capte ce qu’il se passe autour de vous mais vous n’en avez pas la vision.

Prenons l’exemple de la lecture d’une carte routière.
Vous fixez l’image, pendant que votre oreille interne prend en compte les accélérations et les virages.

Afin de combiner les informations visuelles avec les informations perçues par l’oreille interne, il faut regarder par la fenêtre du train, du bateau, du bus ou de la voiture.

Cela permet au corps de retrouver un équilibre en le situant dans l’espace.

Enfin, la cinétose peut également apparaître sur le dos d’un chameau ou d’éléphant. Le mal des transports se manifeste par plusieurs symptômes, comme par exemple les nausées, la pâleur du visage, les bâillements à répétition et une grande fatigue.


Quelques conseils pour éviter le mal des transports

Dans un premier temps, si vous savez que vous êtes sujet au mal des transports, prenez le volant, cela vous fera éviter la cinétose et adoptez une conduite calme en évitant les accélérations et les décélérations trop brutales.

Ensuite, ne voyagez pas le ventre vide et ayez toujours de l’eau légèrement sucrée avec vous.

Puis installez-vous sur la banquette arrière au milieu, car c’est à cette place que les mouvements de la voiture se font le moins ressentir.
Essayer de vous positionner de manière à ce que vous ne fassiez aucun mouvement de tête ou de corps.

Lorsque vous le pouvez, allongez-vous sur la banquette et fermez les yeux.
La lecture, les sms, l’ordinateur portable, les jeux vidéos sur consoles portable sont à bannir absolument. Fixez plutôt un point à l’horizon, ne le lâchez pas des yeux et pensez à autre chose.

Ensuite, l’atmosphère de l’automobile est extrêmement importante : ne mettez pas le chauffage trop fort, laissez au contraire rentrer l’air afin qu’il se renouvelle et ne mettez pas la musique ou la radio trop forte.

Enfin, privilégiez l’autoroute car les bruits y sont moins denses et il y a beaucoup moins de secousses.
Et n’oubliez pas de faire des pauses toutes les 2 heures !

Si vous voyagez en bateau, participez aux manœuvres, intéressez-vous à la conduite, cela permettra à votre cerveau de penser à autre chose.
Restez sur le pont et fixez l’horizon.

Pour l’avion et le bus, essayez dans la mesure du possible, de vous placer au milieu, il y a beaucoup moins de mouvements et mâchez un chewing-gum.
Quant au train, voyagez dans le sens de la marche.

Pour l’anecdote, le mal des transports est réduit chez les sujets qui ont pratiqué du sport faisant appel à l’équilibre corporel, comme le trempoline ou le judo.


Médicaments pour lutter contre le mal des transports

Afin de voyager en toute tranquillité, vous pouvez prendre plusieurs médicaments à titre préventif, comme la Scopolamine, utilisé sous forme de patch ou de tablette, le plus fréquemment utilisé.

Vous pouvez également prendre Cocculine, Stugeron, Bonine, Antivert, Diphenhydrate, Nautamine, Dimenhydrinate, Prométhazine, Metoclopramide ou Prochlorpérazine.



N’hésitez pas à prendre des médicaments contre le mal des transports si vous y êtes sujets et choisissez une mutuelle qui vous remboursera au maximum. Pour cela, comparez différentes mutuelles et économisez jusqu’à 300 euros sur votre budget santé.